26 déc. 2009

Un flashmob pour lancer Glee en Italie

Réagir
Glee, c’est l’un des événements télévisuels de l’année 2009 aux Etats-Unis: une série créée par Ryan Murphy, l’un des scénaristes de Nip/Tuck.
La série surfe sur la vague High School Musical/American Idol puisque l’histoire est centrée sur la chorale d’un lycée de l’Ohio, en route vers le succès et la gloire (ou pas). Les personnages sont attachants, les comédiens talentueux, les musiques bien écrites et le scénario alterne savamment scènes de comédie, numéros musicaux et moments plus graves. Le succès télévisuel est aussi un succès musical, puisque la BO de la série est en tête des charts américains. La fin de la saison 1, prévue en avril prochain après la coupure d’hiver, est attendue avec impatience par les fans…
glee-cast
Pour lancer la série en Italie, les équipe de la FOX ont décidé d’organiser un “flashmob” dans un centre commercial avant les fêtes, avec des danseurs reprenant les chorégraphies du show au milieu de la foule intriguée. Et c’est plutôt bien réussi!



A quand la même chose en France?
21 déc. 2009

PhoneAndPhone, arnaque ou géni? Ou jusqu'où le e-commerce peut aller pour casser les prix

Réagir
Jusqu’où le e-commerce peut-il aller pour casser les prix? Un article du magazine Capital enfin mis en ligne revient sur l’exemple de PhoneAndPhone, le pirate du mobile qui affiche des prix cassés défiant toute concurrence sur son site... au point qu’en septembre dernier, quand je cherchais à acheter un nouveau mobile j’ai finalement renoncé à acheter chez eux, tellement les prix étaient bas par rapport à la concurrence…
Dix minutes après avoir quitté le site (en ayant rempli une partie des informations de livraison quand même), je recevait un appel de PhoneAndPhone sur mon portable (je n’ai pas décroché), puis sur mon fixe (j’ai décroché) pour me proposer de “répondre à toutes mes questions sur la commande” et m’offrir en plus la livraison offerte! C’était trop beau pour être vrai, j’ai cru à l’arnaque et j’ai renoncé. D’ailleurs “PhoneAndPhone arnaque” renvoi à une abondante littérature sur les forums de discussion…
image
Pourtant le site connait une croissance fulgurante d’après Capital, avec un CA multiplié par 10 en trois ans… Alors comment font-ils?
- des offres innovantes (scooters+portable+abonnement pour 129€) composés de produits achetés à moindre coût en Chine ou par des rachats de stocks invendus. La commission versée par les opérateurs permet ensuite de dégager une marge plutôt confortable…
- des approvisionnements à l’étranger pour profiter au mieux des variations du marché. D’où des portables proposés 20% moins cher que chez la concurrence, mais en provenance d’Allemagne, d’Italie ou de contrées plus exotiques.
- des publicités audacieuses obtenues à prix cassé, comme celle pour l’Iphone avant même sa sortie en France. Les encarts publicitaires (principalement en affichages) sont achetés à la dernière minutes, avec des rabais de 80%.
Bref, des méthodes parfois limites mais qui permettent de se faire connaitre et de casser les prix sans trop réduire les marges… au risque de perturber les clients? Un effort de pédagogie est surement encore à faire (d’où les appels aux clients qui abandonnent leurs paniers).
D’ailleurs, pour rester dans le marché de la téléphonie, Gauthier Picquart expliquait dans un de ses cours à Sciences Po les problèmes rencontrés par RueDuCommerce.com lors du lancement de son offre à 1€. La première campagne de pub faisait une promesse mirifique à laquelle les clients n’ont pas cru, car trop exceptionnelle: un portable+un produit high tech+un abonnement pour un euro. Beaucoup de clients se sont demandés où était le piège… bilan: 1,5 d’euros de communication télé au résultat quasi-nul. Six mois plus tard, un nouveau film plus pédagogique, avec un investissement publicitaire bien plus faible a permis de faire progresser les ventes de… 400%.
Conclusion: une (bonne) idée révolutionnaire ne suffit pas, il faut savoir l’expliquer aux clients…
20 déc. 2009

Le site du week-end (Photobomb)

Réagir

Pour tous les fans de photos stupides/improbables/inutiles…mais drôles, ThisIsPhotobomb propose un vaste choix, de quoi y perdre passer pas mal de temps. Après “People Of Walmart” il y a deux semaines, je crois que je pourrais faire un an de “sites du week-end” rien qu’avec les sites qui réunissent des photos randoms… un vrai succès du web, à l’image des VDM-like (j’en ai aussi un paquet que je pourrais présenter…). Et oui, le LOL a un bel avenir sur le net…

image  image 

et le plus fameux “photobombing”:

image

19 déc. 2009

Retour sur un #fail: la soirée Toshiba au palais de Tokyo

6 commentaires
Je préviens d’emblée, cet article est un gros coup de gueule contre Toshiba qui a réussi en une seule soirée à donner une image pitoyable d’elle-même. Je ne suis sûrement pas totalement objectif, mais bon, je tiens à apporter mon témoignage… Retour donc sur ce gros #fail où Toshiba a fait figure d’amateur, irrespectueux de ses clients et de l’environnement…
Flash Back: lundi dernier Toshiba organisait une grande soirée “dans un lieu emblématique de la capitale”, à la suite de son concours “Partez dans l’espace”, que j’évoquais ici. Seuls 450 des 3 000 personnes à avoir récupéré (et trimballé) une chaise dans Paris étaient conviées à la soirée présentée par Toshiba comme “exceptionnelle” pour un tirage au sort dont le premier prix était un voyage dans l’espace (enfin, juste un vol en apesanteur). Des VIP étaient aussi de la partie, tels que miss France 2010, Malika Ménard ou d’autres “stars”' de la télé. Sur le papier, ça sonne bien.
Photo0217
Mais déjà, la distribution des chaises dans Paris n’avait pas suscité un grand enthousiasme, les pauvres hôtesses en étant à supplier les gens dans la rue de les prendre…
Ensuite la soirée “exceptionnelle” ressemblait plutôt à ça:toshiba-soiree-palais-de-tokyo-fail
Et oui… au milieu du mois de décembre, par -5°, Toshiba (conseillé par Aegis) a décidé d’organiser sa soirée… en plein air. Oui oui, en pleine vague de froid, ils n’ont rien trouvé de mieux que de réunir un demi-millier de personnes en extérieur, sur la terrasse en plein vent du palais de Tokyo… Imaginez la déception des participants, ayant déjà attendus plus d’une demi-heure dans le froid avant d’entrer, qui se rendent comptent qu’ils sont partis pour passer de longues heures dans le froid!
Et ce ne sont pas les plaids distribués qui ont pu réchauffer les invités, prévenus seulement en fin d’après-midi par un laconique SMS que la soirée aurait lieu dans “une salle extérieure (chauffée)”… tout un concept!
Le chauffage était assuré par des brasero à gaz, une aberration écologique… chauffer l’extérieur, quel intérêt? toshiba-ecologie-soiree-palais-de-tokyo2L’accès au espaces intérieurs étaient réservé aux VIP, et les vigiles avaient pour consigne de refouler sans état d’âme les simples “participants” dépourvu du badge, sésame contre le rhume qui guettait. Le pire était sans doute les cris d’un bébé au milieu de la foule glacée. Les organisateurs n’avaient même pas prévu la distribution de boisson chaude. Quand à de la nourriture, il n’en était bien sûr pas question. Radin Toshiba? Non, vu les sommes dépensées pour cette opération… ils ont juste préféré privilégier les VIP plutôt que les simples participants… à l’heure du web communautaire et du marketing relationnel, quel mauvais calcul!
miss france toshiba palais de tokyo Puis Miss France a fait une apparition éclair pour lancer le tirage au sort… et s’est fendu de trois mots, que l’on ose espérer ironique (on peut toujours rêver): “heu… je vous souhaite de passer une bonne soirée”… Les gens étaient tellement déçus (et frigorifiés) que beaucoup n’ont pas attendu l’issue du tirage au sort et ont quitté les lieux, à tel point qu’une bonne partie des lots a dû être remise en jeu, dans la plus grande confusion (“heu… attendez, vous êtes sûrs que c’est la bonne urne?”)
Bref, un vrai fiasco. Et pas sûr que le bon d’achat distribué à la fin parvienne à compenser l’impression désastreuse donnée par Toshiba ce soir là. Les participants déçus sont quand même pour beaucoup repartis avec leurs chaises –oui, c’est toujours ça de pris à Toshiba –. Il fallait voir la rage de certains à défaire les logos Toshiba sur la chaise pour comprendre toute la frustration générée par la marque lors de cette soirée…
Bilan: une catastrophe pour l’image de Toshiba, certes auprès d’un cercle réduit de personnes (450, pas forcément blogueurs, pas forcément influents). D’ailleurs, les quelques comptes-rendus disponibles sur internet sont plutôt positifs, puisqu’ils sont le fait des “vip” chouchoutés au chaud. Mais ce que Toshiba ne peut pas mesurer, ce sont toutes les conversations offline générées par les déçus de cette opération et l’impact à long terme pour sa marque. La réputation d’une marque, ça se construit pas à pas, sur le long terme. Il est beaucoup plus facile de la détruire. Chaque client, chaque contact de la marque a droit au respect, pas seulement les VIP.
Petite citation tirée d’un de me cours de marketing, à méditer: «Dans le passé on disait communément qu’un consommateur déçu pouvait en parler à 10 amis. Aujourd’hui il peut en parler à 10 000 «amis» sur internet»
(photos: Inside My Web)
13 déc. 2009

Le site du week-end (TicTacDo)

Réagir

Le site du week-end propose des check-lists “ready to use”, du plus utile au plus futile. On trouve entre autres “comment rendre son lieu de travail plus vert?”, “comment se faire des amis d’autres groupes sociaux?” (au hasard, émo, punk, gothiques…) ou encore le très utile “comment réaliser sa sex tape à l’image de Paris Hilton?”…

Bref, TicTacDo en a pour tous les gouts. A quand une adaptation en Français?

logo-tictacdo

8 déc. 2009

Autopromo: Mercedes Erra à Sciences Po, le compte rendu

Réagir
Je fais juste un peu de pub pour l’article que je viens de publier sur LaPéniche.net à propos de la venue à Sciences Po de Mercedes Erra, figure clé de la pub en France. Pour ceux que ça intéresse, c’est ici. Elle est notamment revenue sur son enfance et son expérience d’immigrée dans la France des années 60, sur son ascension progressive dans le monde de la pub, et sa passion pour le marketing et la communication, sans oublier ses engagements pour la cause des femmes. Une rencontre très enrichissante.
Et comme on ne s’en lasse pas, j’en profite pour mettre la vidéo de la mythique pub Evian, l’une des plus belles créations de BETC Euro RSCG.


bebes olympiques
envoyé par astre. -
7 déc. 2009

Téléscopage de chasses au trésor dans Paris pour Samsung et Toshiba

2 commentaires
Deux opération de “street”-marketing d’un nouveau genre sont actuellement orchestrées dans Paris par deux marques d’électronique, Toshiba et Samsung. Des campagnes relayées bien sûr par Twitter et Facebook.

Les chaises de Toshiba

Depuis le 24 novembre, la marque organise des “lâchers” de chaises dans la capitale. Des indices sont diffusés sur le blog de l’événement, sur Facebook, Twitter ou dans des supports médias (20 minutes, Ouï FM…). Les plus rapides sur les lieux repartent avec une chaise. L’intérêt? Sur cette chaise, un code qui permet de participer à un tirage au sort, afin de gagner… rien de moins qu’un voyage suborbital (22 000€). 50 produits Toshiba seront aussi répartis entre les gagnants.
Petit bémol: la mécanique du jeu est assez complexe et il faut lire le règlement pour en percer toute la subtilité: même en possession d’une chaise (qu’il faut garder bien précieusement, puisque sa présentation est nécessaire le jour du tirage au sort), la participation du concours n’est pas assurée: seuls les 450 premiers à répondre à un SMS envoyé à la fin du jeu (sur 2000 chaises distribuées) seront sélectionnés. 












La chasse au trésor façon Samsung, 9h Chrono


Pour le lancement de son PC portable X420 annonçant 9 heures d’autonomie, Samsung organise un grand concours le 9 décembre pour gagner l’un des 9 PC disséminés dans Paris. Et le jeu s’intitule… 9h Chrono. Les indices seront postés en temps réel sur Facebook, Twitter et le site de l’événement. Bref, ça ressemble beaucoup à Toshiba, mais c’est plus simple, puisque le gagnant repart directement avec son cadeau (à condition de s'être inscrit avant sur le site pour obtenir un mot de passe). Pour l’heure, à deux jours de l’opération, le buzz décolle mollement, avec moins de 500 fans sur Facebook et moins de 200 “followers” sur Twitter.

Les limites de ces deux opérations? Une zone géographique limitée, une cible visée très réduite, celle des blogueurs et des connectés (et de ceux qui ont du temps pour courir dans Paris), pour un impact incertain. Mais c’est amusant, la marque en retire une image “fun” et innovante auprès des “leaders d’opinion” d’internet, ce qui est particulièrement important pour des marques high-tech. Dommage que ces deux opérations se téléscopent…

Bref, voilà une utilisation ludique de l’internet mobile et des réseaux sociaux, précurseur d’un nouveau type de marketing? Le “marketing du fun”?
6 déc. 2009

Le site du week-end (badbuzz pour Walmart)

1 commentaire

PeopleofWalmart_logo_funwebsiteLa semaine dernière je parlais d’Ikea Hacked, un site indépendant d’Ikea qui répertorie les idées de customisation. Le site de ce week-end est aussi un détournement de marque, mais plutôt dans le mode badbuzz: “people of Walmart” est un de ces sites de photos amusantes comme il en existe tant, mais sa particularité est de regrouper les pires clients de la célèbre chaine de supermarchés… bilan: une image de l’Amérique pas très reluisante, qui affecte par conséquent Walmart et ses magasins…

 

fun-picture-walmart-people

2 déc. 2009

Folksonomie: 5 liens sur le Personal Branding et l'E-réputation

Réagir
On entend de plus en plus parler de “personal branding”, d’e-réputation des individus, d’identité numérique, de droit à l’oubli… Etudiants, journalistes, employés, mais aussi mères de famille, tout le monde est concerné par ce sujet de la présence en ligne. Petite revue du web pour mieux cerner les enjeux de ces problématiques amenées à devenir cruciales.

“Le Personal Branding c’est donc le fait de considérer l’individu comme une marque. Il s’agira donc de réfléchir comme nous le faisons pour une marque : la promouvoir, réguler son image, effectuer une veille …
Tout le monde est d’accord pour dire que c’est indispensable pour une marque. Cependant, beaucoup d’étudiants ne sont pas convaincus de l’utilité du Personal Branding a leur échelle. C’est pourquoi je vais essayer de donner un aperçu des avantages offerts par le fait de se promouvoir – étudiant – comme une marque.”
“Ainsi de leurs cadres, managers et dirigeants dont l’e-réputation ou encore réputation en ligne (notion cruciale) se définit désormais par un ensemble d’espaces à monitorer, d’écrans à suivre. Là où se trouvent exposées, commentées, archivées, ces fameuses “traces de soi” dont on parlait déjà dès le simple niveau de la googlisation de ses nom et prénom apparaissant sur des pages web. Mais la donne s’enrichit et se complique à l’ère des médias sociaux et du 2.0.
Le site BNet, dans ces très didactiques trousses à outils, à ainsi établi la check-list des 7 espaces à contrôler, ou faire contrôler par des tierces, quand on en a pas le temps.”
Lire la suite sur le blog Viadeo

- How To Control Search Engine Top Rankings for Your Name
“Controlling the Google search engine top rankings for what comes up on a search page may seem out of reach, but with a few easy steps, you can take charge of the results to improve upon your name and personal brand. Whether you’re disappointed with what appears or nothing comes up at all, remember that results will vary, literally, depending on a number of factors like how common or unique your name is and its current presence on the Web.”
Lire la suite sur MakeUseOf.com

- S’il te plait Google, je veux pas être partout chez toi
“Je me suis longtemps caché derrière un pseudonyme avant d’utiliser mon prénom et mon nom sur internet. J’ai mis longtemps à assumer cette identité numérique. Désormais, sur internet, j’existe, et je souhaites exister.
Alors je m’exprime, je réagis, je débat.
Parfois, je fais des blagues salaces. Parfois, je fais des remarques pertinentes. Parfois, je rentre en contact avec des prospects, et peut être que parfois, je croise mon futur employeur.
Mais souvent, tout le temps, je laisse une trace. RemiB par ci, RémiB par là. A chaque mot envoyé sur la toile, j’associe mon nom.”
Lire la suite sur le blog de RémiB

- Googlisation des candidats, mythe ou réalité?




En lire plus sur le blog de RégionJob
1 déc. 2009

Mon avis sur Wasabi

Réagir
Non, il ne s’agit pas de sushi… mais de la nouvelle version de Netvibes (j’en ai déjà parlé ici et ), après Anise (2006), Cinnamon (2006), Coriander (2007) et Ginger (2008). Pour une montée en charge progressive du service, Netvibes étend progressivement sa communauté de béta-testeurs, avant de basculer tout le monde très prochainement.
netvibes-wasabi-edition-logo
J’ai eu la chance de recevoir un code pour tester cette version béta (pour cela, il suffit d’entrer son adresse email ici et patienter un peu): premières impressions…
Au premier abord, il n’y a pas de changement visuel majeur…et on se dit que la nouveauté est surtout dans le back-office, avec un changement dans le système de base de donnée. Mais dès qu’on clique sur “smart reader” on entre dans une nouvelle dimension…

netvibes-wasabi-smart-reader-button.bmp
Désormais on a le choix entre la traditionnelle vue “widget” et le smart reader. Il s’agit ni plus ni moins qu’un lecteur de flux sous forme de liste, mis à jour en temps réel, qui permet d’avoir un aperçu instantané de toutes les sources d’informations sélectionnées... Une vue “galerie d’images”' vient rendre le tout moins austère, comme un magazine.

Wasabi-smart-reader-netvibes 
Après quelques semaines de tests, le bilan est plus que positif… MAIS je me rend compte que j’utilise moins Netvibes désormais… La vue “smart reader me fait presque peur, avec ses mises à jour en temps réel, ses milliers de flux non lus. Je me rend maintenant compte du nombre de sources que j’ai agrégées et ça me semble tellement énorme… que j’ai peur d’y passer trop de temps. Je pense donc en rester à la vue “widget”, plus synthétique finalement et moins “overwhelming”, mais ce n’est peut-être qu’une question d’habitude.
Finalement c’est ça Wasabi, “le meilleur des deux mondes”: il y en a pour tous les gouts.

Ma page perso sur Netvibes est ici (une réactualisation est à venir, puisque j’ai encore découvert plein de nouvelles sources passionnantes depuis la dernière fois)
Et pour les nostalgiques du Netvibes des origines, la version ultra light du lancement est ici: http://vintage.netvibes.com/
29 nov. 2009

Le site du week-end (pour les fans d’Ikea)

2 commentaires

Le site du week-end s’appelle Ikea Hackers: depuis 2006, il répertorie tous les usages non prévus que les gens font des meubles Ikea, des serres-livres transformés en porte-manteaux aux meubles pour enfants transformés en poulaillers… les possibilités de customisation semble n’avoir qu’une seule limite: l’imagination. Et il y a même un forum pour s’échanger les bonnes idées.

Un bon exemple de l’appropriation d’une marque par ses fans: ce site pourrait concerner tous les meubles, mais là il s’agit uniquement d’Ikea, une marque globale dont les produits se retrouvent dans les foyers du monde entier, de quoi créer un lien qui dépasse les différences culturelles et initier une communauté transnationale, grâce au web.

ikea-pub-ad-furniture

25 nov. 2009

Folksonomie: encore 5 liens sur l’entreprise du futur

Réagir
- Entreprise 2.0 : livre blanc sur le Social Learning
“Savoir collaborer, partager ses connaissances et les valoriser font aujourd'hui partie de véritables compétences requises. L'employé est un être humain apprenant continuellement et devant à chaque moment remettre en cause son mode de fonctionnement pour s'adapter aux évolutions de son environnement de travail. Les outils de collaboration doivent l'aider dans cette démarche : les outils doivent alors ressentis comme une aide, un support, une opportunité plutôt que comme une menace ou un frein. L'adoption d'un outil de collaboration implique donc sa nécessaire compréhension qui doit passer par l'accompagnement au changement.”
Lire la suite sur le blog de Cédric Deniaud
 

- Job 2.0
“I interviewed at quite a few places as part of my post-grad job search. But when I first walked into this building, I knew it was the place I wanted to work. The place I HAD to work: bright colors, open work spaces, smiling employees, craftily named conference rooms, a foosball table… not to mention the flexible work schedule and a staff I can only describe as the most creative, energetic, adventurous group of people I’ve ever met”
Lire la suite sur le blog de Communispace

- Utiliser Facebook sur son lieu de travail?


En voir plus sur le blog de l’Actu en Patate

- Internet au travail, les entreprises serrent la vis
«L'Internet est entré dans les mœurs. Les entreprises cherchent comment reprendre le contrôle. Nous allons probablement vers des autorisations plus spécifiques, en fonction des missions, du secteur.» Un tiers des patrons voudraient verrouiller leur Internet, un autre mieux le contrôler, à en croire un sondage réalisé par Sophos. Seuls 30 % des patrons ne s'inquiètent pas d'un Internet libre. En face, les jeunes salariés n'envisagent pas d'être privés de Facebook. Selon la société de services informatiques Telindus, un tiers des 18-24 ans assurent tout simplement qu'ils démissionneraient.
Lire la suite sur LeFigaro.fr

- De l’intérêt de ne pas façonner la génération Y
“Faut-il réellement les intégrer ? Non je ne pense pas. Ça serait là justement le meilleur moyen de gâcher le potentiel disruptif qui sommeille en eux. “Qui sommeille” ? Oui car l’arrivée en entreprise est un gros choc culturel et qu’il est très facile de gommer ces fameuses différences et de les faire renter dans le moule (Lotus Notes, MS Project, réunion du lundi matin, respect de la chaine de commandement et de la hiérarchie…). Mais c’est là tout l’enjeu de cette “non-intégration” : ne pas les façonner à la sacro-sainte culture d’entreprise mais exploiter plutôt leur candeur pour remettre en cause l’existant et trouver des pistes d’amélioration dans des directions que les plus anciens n’osent plus emprunter. Les américains appellent ça “thinking outside the box“, et nous allons en avoir dramatiquement besoin car les entreprise françaises ne sont pas un modèle de compétitivité dans le monde.”
Lire la suite sur le blog de Fred Cavazza
24 nov. 2009

L’administration se lance dans les Business Games

Réagir

On connaissait les “Business Games” à destination des étudiants de Danone, L’Oréal ou Google… C’est aujourd’hui l’administration Française qui se lance sur ce créneau avec Administration 2020, sous l’impulsion d’Eric Woerth, Ministre du Budget et de la Réforme de l’Etat.

Par équipes de deux à trois étudiants, les participants sont invités à “bâtir l’administration de demain” en présentant un projet de modernisation ou de simplification de l’Etat. La finale aura lieu en Mars prochain, à Bercy, devant un jury présidé par Eric Woerth.

A gagner? Des lots “high-tech” (=des logiciels offerts par Microsoft), le financement d’un voyage d’étude et des promesse de stage! Un moyen pas très couteux de faire remonter des idées neuves, tout en sensibilisant de futurs diplômés à la réforme de l’Etat. Une initiative qui ravira tous les wanna-be Enarques…

administration 2020 business game

22 nov. 2009

Le site du week-end (shopping)

Réagir

Le site du week-end n’a pas encore ouvert, et pour cause, c’est celui du CyberMonday qui commence demain. Cette version française d’un concept américain dure en fait une semaine…

Au Etats-Unis, le vendredi qui suit Thanksgiving (le 4e jeudi de novembre) est le “Black Friday”, c’est à dire le début du rush de Noël, avec des promos impressionnantes, des ouvertures matinales et des émeutes dans les magasins. Les soldes en France, c’est rien à coté. Au fil des années, c’est même devenu une quasi-institution, puisque c’est même un jour férié dans certaines entreprises!

Depuis les années 2000, le même phénomène s’est retrouvé sur internet, mais le lundi suivant, beaucoup d’Américain n’ayant accès à internet à haut débit qu’au bureau jusqu’à une période récente. A l’occasion de  ce CyberMonday, les e-commerçants rivalisent de promos et d’offres spéciales pour attirer les cybershoppers, ce qui en fait l’un des jours les plus importants de l’année pour le ecommerce US.

En France, c’est l’hyperactive Catherine Barba (“la grand mère de l’internet en France”) qui a importé le concept via sa société Malinéa/Cashstore. 200 sites se sont réunis pour proposer des offres exclusives et (très) attractives. A découvrir demain.

 

 

Via Teknologic

18 nov. 2009

Folksonomie: 5 liens sur l'entreprise du futur

Réagir
J’inaugure une nouvelle rubrique sur ce blog: une sélection de liens autour d’un thème, réalisée à partir de mes bookmarks delicious. Aujourd’hui, c’est à propos de l’entreprise du futur: saura-t-elle prend le virage 2.0? Deviendra-t-elle connectée, collaborative, plus ouverte et diverse? Sera-t-elle profondément bouleversée par une génération de “digital native” que l’on dit disruptive? A voir…

 - L’Entreprise 2.0 expliquée à nos managers en 10 principes
“Un des malentendus les plus fréquents lorsque l’on parle de l’Entreprise 2.0 à nos managers, c’est leur propension à réduire cette conception à une seule panoplie d’outils collaboratifs, ouaibdeuzéro (guillemets avec les doigts). […] Nous importons depuis internet une culture des usages électroniques qui va profondément modifier notre rapport à l’organisation. Et ces modifications impliquent des changements importants dans les principes de management.
[…]
La réputation construite par un collaborateur sur l’intranet et internet devra être prise en compte d’une manière ou d’une autre au sein de l’entreprise. Inversement, une compétence construite et validée par un intitulé de poste au sein de l’entreprise ne trouvera pas nécessairement de légitimité auprès des collaborateurs si cette compétence n’est pas saluée par une réputation significative sur l’intranet/internet.”
Lire la suite sur le blog Heavy Mental

- La génération Z accule l'entreprise à l'adoption du Web 2.0
“Frost & Sullivan rappelait récemment que les cultures d'entreprises, particulièrement européennes, avaient tendance à encore freiner l'adoption des systèmes de communication 2.0. Pourtant, selon une étude de Watson Wyatt, ces derniers s'intègrent de plus en plus dans les habitudes de travail des entreprises. Une des raisons qui explique ce phénomène est l'arrivée sur le marché des "digital native" : une génération qui a grandi dans un environnement numérique et pour qui l'utilisation de ces outils est naturelle. "Le passage à ces outils connaît un succès qui va s'accentuer dans les cinq prochaines années".”
Lire la suite sur le site de l’Atelier

- The Gen Y Guide to Web 2.0 at Work



View more presentations from Sacha Chua.


- Comment les entreprises apprivoisent le Web 2.0
“C'est une déferlante. Facebook, LinkedIn, Viadeo, Twitter et autres outils dits « 2.0 » séduisent des millions de salariés à travers le monde. Difficile pour les employeurs d'ignorer ces outils et la logique participative qu'ils imposent. « Or, ils font voler en éclats les mécanismes traditionnels de fonctionnement des entreprises. Les rapports au temps, la notion d'espace géographique, les relations à la hiérarchie, le partage de l'information… tout est bouleversé »,estime Serge Perez, président de l'agence Les Ateliers Corporate. Dans cet univers en constante mutation, les sociétés cherchent leur voie. Beaucoup tentent de recréer cette dynamique à l'intérieur de leurs murs. En la matière, pas de recette toute faite. “
Lire la suite sur LesEchos.fr

- Douze principes du Web en passe de modifier le travail en équipe
“La possibilité de choisir ses tâches…
Qu'il s'agisse de contribuer à un blog ou de travailler sur un projet « open source », chacun doit pouvoir choisir de collaborer selon ses centres d'intérêt.
… ainsi que les membres de son équipe.
Les groupes de travail s'auto-construisent et s'auto-organisent, à l'instar de toute communauté en ligne, où chacun a la liberté de créer des liens avec certains individus et d'en ignorer d'autres.”
Lire la suite sur LesEchos.fr

Et plus de lien sur delicious
16 nov. 2009

NOMIYA, une expérience à découvrir au Palais de Tokyo

1 commentaire
Si vous êtes à la recherche d’un lieu exceptionnel à Paris, découvrez Nomiya au Palais de Tokyo. Cette cabine suspendue offre une vue incroyable sur la Tour Eiffel, la Seine, le musée du quai Branly, les toits de Paris…
IMG_3787

Installé dans le cadre de l’exposition Art Home, le Nomiya est en fait un restaurant éphémère, inspiré par les mini-restaurants japonais. La salle se compose d’une unique table, pour plus de convivialité, et à la nuit tombée, la capsule de verre et de métal crée par l’artiste Laurent Grasso prend des couleurs bleutées et rosées, comme les aurores boréales…sublime et féérique. Le menu change à chaque repas, selon l’inspiration du chef Gilles Stassart: dépaysement garanti dans un cadre d’exception.
 IMG_3807

Bon, tout ça est pour l’instant hors de mon budget (60€ le déjeuner, 80€ le diner), et de toute façon, c’est très vite complet. Mais des visites gratuites sont proposées.
L’exposition comprend également un jardin potager niché au cœur du palais et un atelier-cuisine dans lequel il est possible de suivre des cours (20€). 

IMG_3796  (désolé, mes photos sont pas belles, promis, je demande un appareil photo pour noël!)

Réservations et plus d’info sur le site d’Art Home.
15 nov. 2009

Le site du week-end (#oubli)

Réagir
Plus qu’un site, c’est un service bien utile que je présente aujourd’hui: Google vient de lancer son “dashboard” qui permet d’avoir une vision synthétique des données personnelles accumulées par le moteur de recherche.
Sur une même page, apparaissent l’ensemble des services associés à un compte utilisateurs. Et il faut dire que comme Google n’est pas que Google, mais aussi Gmail, Blogger, Picasa, Analytics, Youtube, Google Document, et j’en passe, ça commence à faire beaucoup de données.
Google connait ainsi mon blog, mon historique de recherche, la liste de mes contacts, mes mails, les vidéos que j’ai visionnées, etc. J'ai ainsi pu remonté tout l'historique de mes recherches (enfin, celles que j'ai faites en étant connecté à mon compte) jusqu'en 2007... soit près de 13 000 requêtes.
A coté de chaque compte, un lien vers les règles de confidentialités du service est installé, ce qui est bien utile. En effet, qui se souci des CGU (conditions générales d’utilisation), ces longs textes indigestes, lors de la souscription d’un service en ligne (gratuit en plus)?
Dashboard est donc un premier pas de Google vers plus de transparence et de pédagogie envers les utilisateurs, alors qu’est lancé le débat sur le droit à l’oubli sur internet. Rappelons que Google a notamment été critiqué pour sa politique de conservation des données.google-evil-big-brother-privacy
13 nov. 2009

Est-ce que Google nous rend idiot?

Réagir

Je n'ai pas la réponse à cette question (que beaucoup de gens se posent visiblement), mais on sait au moins que Google ne filtre pas ses suggestions de recherche:

 image

Quand on y pense, quelle ironie de demander ça à Google! Mais sinon, à qui demander? Un bel exemple du caractère hégémonique du moteur de recherche, qui a réponse à tout (ou presque)

(via padawan.info)

12 nov. 2009

Le droit à l’oubli, qu’est-ce-que c’est?

Réagir
Le droit à l’oubli était le thème d’un “atelier-débat'” ce matin à Sciences Po, en présence de Nathalie Kosciusko-Morizet (NK_M), secrétaire d’Etat à l’Economie numérique, amis aussi d’avocats, de journalistes, du président de la Cnil, de responsables de Microsoft, Skyblog, Google, Facebook et j’en passe.
Petite définition pour commencer, piquée à Libération: “L’idée du droit à l’oubli numérique est que tout internaute pourrait faire supprimer les données personnelles, laissées volontairement ou récupérées à son insu sur Internet, et qui, aujourd’hui, l’encombrent dans sa vie professionnelle, familiale ou sociale. Cela peut aller de l’effacement d’un casier judiciaire à des photos dénudées publiées par un ex vengeur.”
Photo0196
Ambitieux, nécessaire, techniquement irréaliste, juridiquement impossible, stupide, irresponsable ? Les avis sur la question sont partagés et le débat n’a pas vraiment réussi à éclaircir la question, entre Google qui indexe tout ce qu’il trouve sans état d’âme (c’est là le cœur de son business model) et les défenseurs de la vie privée qui voudraient instituer un droit de regard (de censure diront certains) des utilisateurs sur le web.
Une certitude: le problème tient à la nature même d'internet: vaste espace transfrontalier aux capacités de stockage inégalées et dont les données se propagent très facilement: il est impossible d’en contrôler et d’en maitriser le contenu. Et de nouveaux défis apparaissent tous les jours, notamment avec la généralisation de la géolocalisation et ses applications marketing, ou encore de la publicité contextuelle ou comportementale...
Comme solution, NKM privilégie une “charte d’engagement” des différents acteurs de l’économie numérique plutôt qu’une loi difficilement applicable. Sur Twitter (le débat, abondamment commenté pouvait être suivi grace au hastag #oubli), les commentateurs soulignaient plutôt l’importance de la formation et de l’éducation des jeunes et de leurs parents. Avec un bon vieux principe: toujours réfléchir avant de poster quelque chose sur internet.
Photo0193  
Parmi les données plus ou moins intéressantes que j’ai relevées dans le débat:
- un responsable de Skyblog, cravaté et cheveux gominés nous apprend que chaque jour, 1 million de nouvelles images sont publiées, dont 30 000 modérées, par une équipe de 60 personnes. Skyblog, c’est quand même 28 millions de sites perso en Europe.
- M. Google annonce moins de pubs dans le futur, mais toujours plus ciblées… A priori il n’existe pas de traduction en anglais pour “droit à l’oubli”
- une charte (encore une) va être mise en place par les cabinets de recrutements pour encadrer les pratiques concernant les réseaux sociaux.
- le groupe PagesJaunes est le leader de la pub online en Europe.
- Google a créé un "dashboard" qui permet de synthétiser l'ensemble des données associées à son compte, ainsi que de retrouver les conditions générales d'utilisation de ses services (les textes super longs que personne ne prend la peine de lire).
10 nov. 2009

“Art Nouveau Revival” au Musée d’Orsay

2 commentaires
Jusqu’au 4 février a lieu au Musée d’Orsay l’exposition “Art Nouveau Revival” qui revient sur ce courant artistique du début du 20e siècle et sur ses réinterprétations successives, dans les années 30, 60 , 70 et plus récemment. Photo0173
Cinq salles composent cette exposition et retrace les différentes étapes de la réhabilitation de ce courant décrié à son origine: “L’hommage des surréalistes”, “Le design organique”, “Psychédélisme”, “C’est la mode” et “Naturalisme”. Avec la juxtaposition de nombreuses peintures, affiches, éléments de mobilier, objets divers, pochettes de disques…des différentes décennies, l’exposition entend montrer la richesse et l’influence de l’Art Nouveau sur le XXe siècle, même (surtout) là où l’on ne l’attend pas.
La visite de l’exposition est bien sûr à compléter avec les collections permanentes du musée d’Orsay. Il vaudrait même mieux commencer par les salles Art Nouveau (magnifiques) avant de visiter l’expo “revival”, histoire de respecter la chronologie (et de ne pas rester sur sa faim, puisqu’il n’y a finalement que peu d’œuvres de la période dans l’exposition).
 Photo0183 (Verner Panton, Phantasy Landscape, Cologne, Visiona , 1970)

Surprise aussi, la présence d’un parfum au musée: la version été 2009 du Male de Jean-Paul Gaultier, aux inspirations psychédéliques:
jean-paul-gaultier-ete-2009-lemale
Les objets contemporains ont-il leur place au musée? Quel autre parfum, ou autre objet, mériterait d’être exposé?
9 nov. 2009

Chirac est partout…

Réagir

Come back réussi pour l’ancien Président de la République, grâce à ses mémoires publiées ces jours-ci. Pour compléter sa couverture média qui mixe interviews radio, couvertures de magazines et publication d’extraits choisis, Jacques Chirac a aussi remis le premier prix de sa fondation pour la prévention des conflits lors d’une cérémonie à la Sorbonne, en présence de… Nicolas Sarkozy. Rien de mieux pour susciter le buzz que deux anciens rivaux réunis pour de pseudo réconciliation. Mais quand la campagne de promotion s’est en plus télescopée avec le renvoi en correctionnelle de l’ancien président dans l’affaire des chargés de mission de la mairie de Paris, l’éditeur a du jubiler…

image

Toutefois, les “affaires” ne semblent pas passionner les foules, puisque la cote de popularité de Jacques Chirac est au plus haut: 60% des Français considère qu’il a été un bon président... En cette période de crise économique et de défiance vis à vis du gouvernement, il bénéficie sans conteste d’une vague de nostalgie, sur le thème du “c’était mieux avant”: le Figaro le présente ainsi comme l’un des hommes politiques préférés des Français.

Un engouement qui ne s’est pas démenti ce week-end lors de la foire du livre de Brive (dans son fief de Corrèze, certes): les chaines d’info ont montré en boucle les images de la foule qui se pressait sur le stand de l’éditeur Nil et évoquaient quelques malaises, une affluence digne de l’ouverture de l’Apple Store! 

Pour l’anecdote, la Chirac-mania se place même là où l’on ne l’attend pas… Dans les pages mode de Challenges, par exemple, avec cette page surréaliste (et nostalgique) qui évoque le “style Chirac” et pose “la question centrale”: “n’est-ce pas ridicule de ressembler à Chirac circa 1977 en 2009?”

chirac-challenges-mode-intello

8 nov. 2009

Le site du week-end (politique et polémique)

Réagir
Le site du week-end (et de la semaine) est bien sûr celui du grand débat lancé par Eric Besson sur l’identité nationale. Chaque français est invité à apporter sa contribution sur le site www.debatidentitenationale.fr. Un sujet hautement polémique.
Comme souvent pour les sites gouvernementaux/administratifs qui connaissent une forte médiatisation , la montée en charge est difficile. Si les serveurs ont tenu le coup, c’est du coté “humain” que ça coince: la modération,  tel que le rapporte l’Express, est laborieuse. Mais le ministère a semble t-il pris conscience du problème et le rythme de publication s’est accéléré ce week-end. Reste maintenant à savoir ce qu'il en ressortira.

image
4 nov. 2009

Géomarketing, cosmétique, Argentine, Ecommerce: quelques liens en vrac

Réagir
Puisque Delicious ne suffit pas à assouvir ma passion du partage de l’info, voici un petit pot-pourri d’articles et d’infos dignes d’intérêt, découverts ces derniers temps:

- un article d’Edouard Borie sur le géomarketing appliqué à la restauration, qui fait écho à mon bref article sur les applications de l’internet mobile pour les commerces traditionnels, et aussi à cet article plus ancien sur le géomarketing. Avec la généralisation des GPS, la géolocalisation et son corollaire, le géomarketing sont promis à un très bel avenir (ça tombe bien, j’ai suivi un cours intitulé “Marketing and Geography” à Toronto!)


- dans l’Expansion, l’interview de Ruben, un ami qui a passé un an en Argentine (donc pendant que j’étais à Toronto, pour ceux qui suivent). Il revient sur son expérience et fait la pub des échanges universitaires (et de Sciences Po). Un témoignage qui devrait en inspirer plus d’un.

- un article en Anglais sur le blog de Communispace (compagnie dont j’ai déjà parlé ici), expliquant qu’en termes de “consumer insight”, il ne sert souvent à rien de démultiplier le nombre de personnes interrogées, en dépit du caractère rassurant des “big numbers”.

- un article du blog de Greenzer (dédicace @weboyer) à propos de la beauté bio, avec l’ouverture de trois nouvelles boutiques à Paris. Indéniablement, la cosmétique naturelle et responsable est en passe de devenir bien plus qu’une simple tendance: un vrai segment. Dans le même domaine, on peut aussi citer Natura Brasil dont j’avais croisé la DRH à une conférence il y a quelque temps (mais je ne bloguais pas à l’époque, donc je n’en retrouve pas la trace…).

logo priceminster- une enquête bien fouillée de Challenge sur la stratégie de Priceminister, le petit français qui a décidé de s’attaquer au géant Ebay, non sans succès. Jugez plutôt: 10 millions de visiteurs uniques par mois, 17 millions de colis par an, un chiffre d’affaire de +100 millions d’euros, et des perspectives de croissance en France et à l’international…

- pour conclure, un article des Inrocks en forme de plaidoyer pour que la nuit parisienne ne s’éteigne pas. Il faut dire que face à une ville telle que Londres, la nuit parisienne fait pâle figure: fermeture de boites, renforcement des sanctions contre les bars, licences de nuit délivrées au compte goutte… le tableau est peu réjouissant. Extrait choisi :« On veut la tranquillité et la fête. On a de plus en plus de mal à supporter l’autre, à accepter le bruit, le compromis. Nous sommes dans un pays de normes, on a une nuit à l’image de notre pays. »

2 nov. 2009

L’internet sur mobile profitera-t-il davantage au commerce traditionnel qu’au e-commerce?

Réagir
A mesure que les forfait internet illimités se généralisent, on parle de plus en plus de m-commerce, la version mobile du commerce électronique: les sites marchands se lancent progressivement sur ce nouveau créneau, à l’image d’Amazon qui vient de lancer son application pour Iphone.

iphone-infinity

Mais finalement, le téléphone portable ne sera-t-il pas encore plus profitable pour le commerce traditionnel que pour les “pure players”? Aux Etats-Unis par exemple, le chiffre d’affaire des ventes générées en magasins grâce à internet représentent déjà plus de 8 fois le CA du commerce en ligne: le web est un gigantesque vecteur de ventes, online et offline (il est juste plus difficile de “tracker” les ventes offline).
On peut anticiper un même phénomène avec le mobile, d’autant plus qu’il est aujourd’hui toujours plus facile de faire un achat dans un magasin que sur un téléphone, tant le process d’achat sur un écran de téléphone est peu pratique.
Les mobiles nouvelle génération permettent d’imaginer de nombreuses applications pour les magasins physiques: les GPS intégrés et les informations recueillis grâce aux terminaux ouvrent la voie à des campagnes géolocalisés de couponing et à un marketing ultra-ciblé, notamment. Ou encore des applications développées par des magasins "en dur" pour présenter leurs offres et leurs promotions du moment. Autant d’éléments qui, bien utilisés, devraient contribuer à booster le trafic des magasins physiques.
1 nov. 2009

Le site du week-end (pour les voyageurs)

Réagir

Cette semaine, un site mis en place par l’Union Européenne, pour favoriser la compréhension entre les peuples: http://www.fastenseatbelts.eu

C’est ainsi que l’on découvre que le baisemain est toujours d’usage en Roumanie et en Pologne, que montrer sa semelle en Turquie est une insulte, que commander un cappuccino après 11h en Italie est très mal vu, et plein d’autres détails qui éviteront des impairs à l’étranger!

 

do-dont-abroad

31 oct. 2009

Un exemple de “web callback” pour une campagne EasyJet

Réagir

Il y a à peu près un an, Orange s’était essayé avec succès au web call back avec Chabal (un million de contacts en quelques semaines). Le principe: un jeu concours en vidéo avec lequel l’internaute peut directement interagir par l’intermédiaire de son téléphone portable. Pour Orange, Chabal se chargeait d’appeler le joueur pour qu’il l’aide à marquer un but, grâce aux touches de son téléphone. Gadget (on peut faire la même chose avec un clavier d’ordinateur)? Oui, mais ça marche et le buzz prend!

 

Aujourd’hui, c’est au tour d’EasyJet de tester le concept, avec un jeu bien pensé (quoiqu’un peu court et basique) que je vous laisse découvrir ici: itistimetoleave.com

 

Alors, scénario original+rich media+intéractivité+viralité=buzz réussi?

30 oct. 2009

Astérix dans les rues de Paris pour ses 50 ans (et à Cluny)

Réagir
Belle opération de communication pour les 50 ans du plus célèbre des Gaulois: outre les affiches dans le métro pour la nuit d’Halloween au parc Astérix (qui fête aussi ses 20 ans), différentes “sculptures géantes” ont été installées dans des lieux stratégiques de la capitale et une exposition est consacrée à cette bande dessinée au Musée du Moyen Age.
Photo0169 Place de l’Hotel de Ville
Photo0148 Saint Germain des Près
Photo0158
Dans le frigidarium des anciens thermes de Cluny, une (petite) exposition présente de nombreuses planches originales d’Uderzo. Attention toutefois: l’exposition n’est pas vraiment adaptée aux enfants (vitrines d’exposition trop hautes et contenu réservé aux passionnés de BD, notamment).
Photo0163  A la sortie du musée, à 11h30, une file assez impressionnante, étant donné qu’on y était entré sans problème 1/2h plus tôt –et sans même passer par la caisse, puisque c’est gratuit pour les moins de 26 ans!
Photo0152
Autour du musée, une série de réinterprétations d’œuvres classiques par Uderzo, peut-être le plus intéressant. Finalement, on a l’impression que le musée du Moyen-Age tente surtout de profiter de l’aura des 50 ans d’Astérix pour se refaire une jeunesse. Mais tant qu’à aller à Cluny pour Astérix, autant en profiter pour faire un détour devant la Dame à la Licorne!
24 oct. 2009

Le Figaro mène t-il une campagne anti-Facebook?

Réagir

Coïncidence? Dans le Figaro d’hier, à deux pages d’intervalle, deux articles prennent pour cible Facebook.

Le premier, “Quand Facebook relaie des appels à «tuer Berlusconi» “ s’inquiète de la présence d’extrémistes sur la toile italienne, appelant au meurtre du Président du Conseil. Ici la présence de “Facebook” dans le titre ne sert qu’à attirer l’attention, puisque tout l’article est pour le moins nébuleux, semblant assimiler Facebook et blogosphère, voir le web dans son ensemble. Rien n’explique en quoi Facebook joue un rôle particulier dans ces menaces, mais la confusion entre Facebook et extrémisme perdure.

Le second, “Les adolescents sont de plus en plus nombreux à s’exhiber sur le net” (bizarrement introuvable sur le site internet du quotidien) se veut encore plus alarmiste. Extraits choisis:

“Des bouteilles vides étalées à même le sol, un appartement sens dessus dessous et quelques jeunes titubants, hilares, les yeux révulsés par l'alcool, observant un de leurs amis vomissant dans un coin. Telles sont les images qui circulent régulièrement sur Internet et notamment sur le temple du partage des photos, le réseau social Facebook. […] Dès l'âge de 13 ans, certaines adolescentes s'échangent ainsi des films sur leur sexualité via leur téléphone portable, tandis que des garçons diffusent des images dénudées de leurs petites amies à leur insu.” (on dirait Skins!)


Trailer saison 3 de Skins

 

Parents, coupez la connexion internet de vos enfants! Aurait-on envie de crier à la lecture de ces deux articles…

23 oct. 2009

Créer la polémique pour susciter du buzz

Réagir

La blogosphère est désormais envahie d’opérations de buzz (qui se soldent par beaucoup d’échecs), de la part de marques qui tentent de surfer sur la vague du viral, afin de communiquer à moindre coût (et parce que leurs agences les ont convaincu que pour être dans le coup, il fallait faire du “buzz”).

Seulement, face à l’abondance de communications les blogueurs sont vite saturés et de plus en plus réticents à ce plier au jeu des marques. Pour les agences de com’, il faut donc aller toujours plus loin pour sortir du lot et se faire remarquer, quitte à aller jusqu’au bad buzz, selon la logique du “tant qu’on parle de moi, c’est bon à prendre”.

On se souvient ainsi de l’opération “trash” de Samsung pour le lancement de son mobile “Solid” en 2008, à l’occasion de laquelle des morceaux de viande avaient été envoyés aux blogueurs par la poste (et pour ceux qui ne s’en souviennent pas, tout est résumé ici).

Aujourd’hui, la marque coréenne tente encore de faire parler d’elle sur le ton de la polémique, mais sur un mode plus humoristique, avec son mobile “Corby” qualifié de “lovephone”.

Un reporter interroge des passants à Londres sur ce portable, supposément vendu avec 10 contacts de beaux jeunes hommes ou belles jeunes filles (en fonction des préférences de l’acheteur) et un appareil photo capable de dire si une personne est belle ou pas… Les réactions des adultes sont plutôt négatives, et dans la conclusion, le présentateur s’interroge sur les effets néfastes du portables sur la jeune génération...

C’est original et amusant, mais je m’interroge sur la pertinence d’une telle communication: d’abord, pourquoi une vidéo en anglais pour une opération qui s’adresse au marché français (le Corby n’est même pas vendu en Grande Bretagne), quel impact réel vu que les fonctionnalités présentées ne sont pas proposées pour de vrai, et surtout, quel est le message que Samsung essaye de faire passer à travers ce spot? L’objectif est visiblement de donner à Samsung et au Corby une image “cool”, "fun” et jeune, mais on en retient surtout que le fossé entre les générations est immense, entre ados “tech savy” et adultes réacs (cf. l’assimilation à la prostitution)…

En jouant sur l’humour et la dérision, tout en tournant en ridicule les peurs des adultes dépassés par les réseaux sociaux et les nouvelles technologies, Samsung entend se mettre du coté des ados. Mais la marque ne risque-t-elle pas de se mettre ainsi à dos les parents, en apparaissant comme celle qui transforme leur progéniture en “bêtes dépravées” ou en d’”imbéciles bavards”? That is the question.

22 oct. 2009

Quand Arlette Chabot découvrait l’ordinateur (en 1979)

Réagir
Pas très fun tout ça… A l’époque, l’ordinateur, ce “monstre apprivoisé”, était principalement envisagé comme un outil pour gérer ses comptes, ses impôts, des fichiers clients ou comme un outil d’apprentissage… On en était même à lancer un concours pour leur trouver un usage :)

retrouver ce média sur www.ina.fr


(merci à @ceruleeann)
21 oct. 2009

Geek, vous avez dit geek?

Réagir

(via Owni)
18 oct. 2009

Le site du week-end (drôle malgré lui?)

Réagir

Le site du week-end est, une fois n’est pas coutume, un site “institutionnel”, le blog de la rédaction de TF1/LCI. Un médiateur est chargé de répondre aux courriels des téléspectateurs des journaux de Claire Chazal, Jean-Pierre Pernaut et Laurence Ferrari.

Les questions/remarques sont souvent pertinentes et viennent corriger les erreurs et approximations des journalistes (comment le JT le plus regardé de France peut-il confondre la Guyane, département français, avec le Guyana?), mais les interventions sont encore plus souvent drôles, ridicules et/ou absurdes.

Untel se plaint que le championnat du monde d’obéissance canine à Bratislava (pourtant marqué par la victoire d’Ublitz) n’ai pas fait l’objet d’un reportage. Un autre se plaint du mauvais exemple donné par Claire Chazal, “assise sur le bord de son bureau”. Bref, du grand n’importe quoi. Et les réponses du médiateur, alternant entre langue de bois, ironie et humour valent aussi la lecture.tf1-logo-chazal-ferrari-20h-redaction

11 oct. 2009

Le site du week-end (pour se plonger dans le futur)

Réagir

Je m’intéresse pas mal à la prospective, comme ceux qui me lisent régulièrement on pu s’en rendre compte (sinon, regardez ici). Aujourd’hui, c’est l’équipementier télécom Ericsson qui nous propose sa vision à l’horizon 2020, avec un site pas mal fait qui propose de nombreuses perspectives et scénarii.

Ericsson futur le monde en 2020 prospective

9 oct. 2009

Le futur des technologies, tel qu’on le voyait en 1993

Réagir
Une vidéo dans la lignée de celle dont je parlais récemment (datée, elle, de 1969): une série de clips publicitaires produit par AT&T au début des années 90 qui prédisait GPS, internet mobile, reconnaissance vocale, visioconférence, VOD, et beaucoup plus…


7 oct. 2009

Avez-vous l’âme d’un digital planner? (ou d’un geek)

Réagir

Un article intéressant repéré sur le site DarkPlanner évoque un nouveau métier, celui de Digital Planner. L’article en lui-même intéressera seulement les accros du web et les passionnés de pub et de com, mais j’en retiens le questionnaire final, très bien fait. Je me permets de le reproduire:

Le quiz du Digital Planner
Répondez aux questions et additionnez vos points.
Sauf mention contraire, vous pouvez cumuler plusieurs réponses.


A la question "qu'avez-vous fait sur Internet" vous répondez ?
a- Heu, j'utilise Facebook tous les jours... Ah et j'ai MSN ! (5 pts)
b- Un compte Twitter avec au moins 20 followers (5 pts)
c- J'ai un profil Myspace et Facebook, et même un ziki ou plaxo ou un autre. (10 pts)
d- J'ai un blog sur une plateforme de blog du genre wordpress, blogger, ...  qui fait bien ses 5 visites par jour (15 pts)
e- J'ai un blog hébergé par moi même qui fait bien ses 30 visites par jour (30 pts)
f-  J'ai un compte Twitter avec au moins 700 followers (45 pts)
g- J'ai plusieurs blogs, sites ou forums qui fonctionnent dont certains avec du adsense, oui monsieur (50 pts)
h- J'ai déjà programmé un site en php+html, accessible WAI et utilisable (50 pts)


A la question "quelle culture web avez-vous ?" vous répondez ?
a- Je lis mon Facebook tous les jours... et aussi les news de mon provider Orange, free, ou autre... (5 pts)
b- Je suis régulièrement 30 blogs  et je suis abonné à 15 newsletters et mailing-list diverses. Ah, j'adore tester les jeux-concours organisés par les marques. (15 pts)
c- J'ai un netvibes qui contient 4 onglets d'environ 10 flux RSS chacun. (30 pts)
d- Je joue à des MMO et/ou à des FPS sans me faire massacrer ni traiter de noob (35 pts)
e- Je connais 5 quote de chuck norris par coeur, la chanson internet people, la liste des téléphones mobiles du top 10 marketing de Wikio, la choré de Matt de where the hell is he. (45 pts)
f- Mon Netvibes est dispersé sur 6 pages thématiques, chacune contenant 10 onglets d'une vingtaine de flux et applications. (50 pts)


A la question : "Votre client a 120 Ke pour faire sa campagne de e-pub, que faites-vous ?" vous répondez (une seule réponse):
a- Pas de problème, une bonne vieille campagne bannière à 100 Ke et un mini site à 20 Ke (5 pts)
b- Une campagne et une application Facebook pour concourir avec vos amis (10 pts)
c- Une campagne media à 60 Ke et un advergame (10 pts)
d- Un jeu concours à gratter avec de belles dotations et une campagne d'affiliation (5 pts)
e- Un jeu MSN avec le pack tout en un (10 pts)
f- Un super blog avec des widgets qui tuent et 60 Ke d'achat média (5 pts)
g- Je demande quels sont les objectifs précis de la campagne et je valide les KPI avant de proposer une stratégie. (70 pts)


A la question : "Quels enseignements pourriez-vous dispenser ?", vous répondez :
a- L'email à ma copine/mon copain (5 pts)
b- La sécurité Internet à mon petit-frère (10 pts)
c- Facebook à ma mère (20 pts)
d- Les blogs, comment ça marche (30 pts)
e- L'histoire d'internet, d'arpanet et des protocoles IP (40 pts)
f- Les wiki, les réseaux sociaux, et les services de folksonomie (50 pts)
g- La gestion de l'e-reputation d'une marque et la nécessité du personnal branding (60 pts)

Moi j’atteins un score de… 360…

Et vous? (les conclusions du test sont à la fin de l’article)

6 oct. 2009

Bien joué: enfin de la pub innovante et originale sur le web!

Réagir
Le site Zbong24.com aurait pu faire parti des sites du week-end
Le concept: imaginer l’actualité de 2024, ce qui donne des news plus ou moins crédible, du type “Après le rachat du Figaro et de l’Express, le journal 20 minutes s’offre Le Monde après des mois de dures négociations”, “Adoption du décret Boutin, le port du string rendu obligatoire à l’école primaire dès septembre 2025”, “Eve Angeli publie ses pensées: ses deux pages deviennent un best-seller” ou encore le récit tordant du millième épisode de Plus Belle la Vie.
A coté des articles, rien n’a été laissé au hasard: les pubs pour voler en orbite pour la Saint Valentin, les sondages sur le clonage, les liens vers Facebook (d’ailleurs dépassé en 2024 par “Désirs d’Avenir” dont je parlais ici) et un compte Twitter… Bref, on est en plein dans la blague de potache, c’est original, drôle, et bien écrit.
zbong campagne philips robust
Et là… surprise: derrière ce site humoristique se cache en fait un site publicitaire, monté de toute pièce par l’agence Noyz pour promouvoir… des robots ménagers, garantis 15 ans… L’idée est vraiment géniale et bien exécutée, mais est-ce vraiment pertinent et efficace (en terme de cible, de positionnement, de mémorisation de la marque, etc.)? J’espère bien que oui, que la créativité sera récompensée et que cet exemple incitera les publicitaires à innover sur le web!
(via Gaduman)

Edit: Aziz Haddad, à l'origine de l'opération avec l'agence Noyz reviens sur son blog sur  le teasing, le reveal, les quelques critiques et la campagne pour Philips en général. Il indique notamment que ce site n'est qu'une (petite) pièce d'un édifice bien plus vaste de communication, ce qui répond notamment à la question de pertinence de la cible.